Projet Archipel

Présentation

En 2012, la Région Centre a nommé Equinoxe scène nationale de Châteauroux « pôle ressource danse » pour le territoire de l’Indre avec comme mission de soutenir le développement de la danse contemporaine sur son territoire.

C’est ainsi qu’est né le projet Archipel dont la première édition a vu le jour en 2013/14 avec la diffusion du spectacle de la Cie de l’Alambic : « Sur un air deux…. » du chorégraphe Christian Bourigault non seulement sur le grand plateau d’Equinoxe en octobre 2013 mais aussi au Théâtre Maurice Sand de La Châtre et l’Avant-Scène d’Argenton-sur-Creuse en mars 2014.

Avec la Cie CFB 451 de Christian et François Ben Aïm et le spectacle « La Légèreté des tempêtes » à Equinoxe en mars 2015 et« You are a bird, now » programmé à La Châtre, Argenton-sur-Creuse et Le Blanc en avril 2015.

Avec la Cie C.LOY de Cécile Loyer et le spectacle « Histoires vraies » programmé à la Salle Gaston Couté à Châteauroux en novembre 2015 et le spectacle « L’hippocampe mais l’hipoccampe » programmé à La Chatre, Argenton et Le Blanc en avril 2016.

Avec la Cie X-Press d’Abderzak Houmi et le spectacle « CONTACT #1 » à Equinoxe en janvier 2017 et « FTT » à Levroux, La Châtre, Argenton et Villedieu-sur-Indre en 2017.

Avec la Cie Fêtes Galantes / Béatrice Massin et le spectacle « MASS B » à Equinoxe le 9 octobre 2017 et « La Belle au Bois Dormant » à Argenton-sur-Creuse, Levroux, La Châtre et Villedieu du 11 au 14 avril 2018.

Outre l’encouragement à diffuser un spectacle de danse contemporaine dans les villes moyennes du département de l’Indre, la force du projet Archipel est d’accompagner cette programmation professionnelle de la présentation, en première partie, d’un travail d’amateurs, et particulièrement des groupes scolaires (dispositifs APA pour les collèges ou Aux Arts lycéens !) encadrés par l’artiste partenaire.

Grâce au projet Archipel, c’est la première fois que des structures culturelles du département coopèrent sur un même projet artistique (même si les équipes se connaissent parfaitement et depuis longtemps et ont l’habitude de travailler ensemble via co-accueils de spectacles et échanges d’abonnés acheminés par bus).

Le projet Archipel est innovant dans le sens où le partenariat des structures culturelles du département permet la mutualisation des moyens et autorise le risque de programmer de la danse contemporaine, genre sous représenté dans leurs programmations respectives. Le partenariat avec la scène nationale permet un soutien notamment dans la communication auprès du public à l’échelle départementale.

Ce projet est innovant dans la mesure où les acteurs culturels et le monde de l’éducation tordent le cou au pessimisme ambiant et revivifient cette « diagonale du vide » (terminologie DATAR) avec entrain ! Pour la première fois en 2017, cinq structures culturelles complices collaborent autour d’un même projet, d’autant plus qu’il s’agit de programmer de la danse contemporaine, genre particulièrement difficile à aborder (a priori) pour des publics éloignés de la culture… (enfin… de moins en moins !)

Ce projet est innovant dans la mesure où c’est la première fois que les lycées s’investissent dans un projet de danse contemporaine : les jeunes adolescents garçons ont des jugements négatifs sur la pratique de la danse qu’il convient de faire tomber.

La création de cet « Archipel de la danse » dans l’Indre est par ailleurs très réjouissant car il amplifie les connections existantes entre professionnels de la culture et les équipes pédagogiques ; favorise le travail en réseau et la mutualisation des moyens et des connaissances.